Home / quartiers /

DSC01509

DSC01509.JPG DSC01508||<img src=_data/i/galleries/quartiers/DSC01508-th.JPG>ThumbnailsDSC02590||<img src=_data/i/galleries/quartiers/DSC02590-th.JPG>
Visits
4996
Downloads
0

6 comments

Add a comment

  • MIMIH - Monday 8 September 2014 11:32
    Toujours et toujours pas de projets pour de nouveaux écoles a menerville.
  • MIMIH - Monday 8 September 2014 11:00
    Rentrée scolaire à Boumerdès
    Des réalisations par-ci et des carences par-là


    Le problème du manque de places pédagogiques ne sera pas...
    La rentrée scolaire de cette année sera marquée par l’ouverture de 10 nouveaux établissements, dont 4 lycées, 4 CEM et 2 écoles primaires.


    Malgré l’annonce de l’ouverture de dix nouveaux établissements scolaires, la reprise des classes risque de ne pas faire que des heureux cette année dans la wilaya de Boumerdès. «Ce sera le soulagement pour les uns et la poursuite du calvaire pour les autres», estime un syndicaliste du Cnapest. Des centaines d’élèves vont en effet se retrouver dans de nouvelles écoles, alors que d’autres seront contraints de fréquenter encore des établissements en préfabriqué et dépourvus du moindre confort.

    La wilaya en compte 811 classes qui rappellent à ce jour le sinistre souvenir du séisme de 2003, mais aucun programme n’est lancé par le gouvernement en vue de les remplacer par des structures en dur. Il est vrai que cette année, les autorités locales ont fourni des efforts supplémentaires pour résoudre le problème du manque de places pédagogiques, mais le travail entrepris jusque-là reste largement insuffisant par rapport aux carences qui continuent d’entraver la scolarité des potaches de la région.

    Le secrétaire général de la direction de l’éducation affirme que la commission ministérielle a validé la demande d’ouverture de 4 nouveaux lycées dans les localités de Cap Djenet, Dellys, Ouled Haddadj et Afir. Elle a également donné son aval pour la mise en service de 02 écoles primaires à Tidjellabine et Corso ainsi que les CEM réalisés à Ouanougha, Issers, Boudouaou El Bahri et Boumerdès, a-t-il ajouté. Néanmoins, les travaux de certains de ces établissements ne sont pas encore achevés.

    C’est le cas du lycée d’Afir qui reste à l’état de chantier ou encore les CEM de Boumerdès et Ouanougha où l’ont fait état d’énormes retards dans la réalisation. Ici, les élèves vont sans aucun doute poursuivre les cours au rythme du bruit des marteaux et des va-et-vient des brouettes et des engins. En tout cas, cela n’est pas nouveau dans la région car rares sont les entreprises qui livrent leurs projets à temps en raison, entre autres, du manque de dynamisme des entrepreneurs, des difficultés d’accès au foncier, le manque de coordination entre le maitre d’ouvrage et certains organismes étatiques et autres comme le CTC ou Sonelgaz.

    «Certains nous font même du chantage. À Ouled Haddadj, le CTC n’a pas assuré sa mission pour une histoire de 15 millions de créances. Alors que Sonelgaz met parfois plus de trois mois pour répondre à une demande de déplacement d’un pilon ou l’installation d’un transformateur électrique», déplore un ingénieur en génie civil.

    Tension dans le secondaire

    En juin dernier, les responsables de la direction des équipements publics se sont engagés à livrer 8 lycées et 7 CEM à la rentrée, mais ils n’ont pas tenu leur promesse. Conséquences : des milliers d’élèves vont encore parcourir plusieurs kilomètres pour rallier les bancs des classes alors que d’autres seront obligés de suivre les cours dans des annexes ou des salles aménagées pour la circonstance à cause du manque de places. Ce problème se posera cette année encore avec acuité dans le cycle secondaire à Boudouaou.

    Ici, plus de 300 élèves du lycée Khaled El Djazairi fréquenteront les anciens ateliers de dessin du lycée Ahmed Kendil. Cela parce que le lycée prévu à H’laimia n’est pas encore achevé. Même chose à Ouled Moussa où l’on se plaint du surplus d’élèves depuis trois ans. À défaut d’accélérer les travaux de réalisation du nouveau lycée, les services concernés semblent préférer les solutions provisoires puisque des dizaines d’élèves seront envoyés apprendre dans des salles du CEM voisin.

    Autres carences qui risquent d’entamer cette année encore la volonté des potaches d’exceller dans leurs études : manque de transport scolaire, de cantines et de chauffage. L’année dernière, au moins 128 établissements n’étaient pas dotés de chauffage alors qu’une cinquantaine de cantines étaient restées fermées en raison du manque de personnel et d’équipements. 


    R. Koubabi
  • ALGERIAN - Sunday 7 September 2014 15:37
    C'est la misère des écoles dans des chalets en 2014, le séisme a frappé menerville en 2003 et toujours le retard a menerville.
  • MIMIH - Saturday 6 September 2014 18:58
    Bonne rentrée scolaire aux enfants et allah inajahoum.
    demin c'est 33 de gret et + la chaleur + les chalets comme ecoles allah ijib alkheir pour eux.
  • ALILOU - Saturday 6 September 2014 14:05
    Pas de construction et la cahleur qui paie ya akhi ?
  • guest - Saturday 6 September 2014 14:00
    une rentrer scolaire dans des chalets depuis 2003 pauvre enfants Algerien en Algerie biensure en particulier a thenia une commune oublier par les responsables de A a Z
    pas de chauffage pas de ceci pas de cela ect......